Thématique   Je dors dans mon lit
Catégorie   Relation à soi (sommeil)


C'est l'heure du dodo et Justine refuse de dormir dans son lit. Vous lui proposez alors de s'endormir dans votre lit comme elle le fait tous les soirs. Une fois qu'elle s'est endormie, vous la transportez dans son lit. Vous avez à peine le temps de vous endormir que vous sentez votre petite Justine venir se glisser dans votre lit. Pas encore, vous dites-vous!


Réalité des enfants

Pourquoi les jeunes enfants insistent-ils parfois pour dormir avec leur parent plutôt que seul dans leur lit ?

Pour réussir à dormir seul dans son lit quand on a 4 ou 5 ans, il faut être autonome et en quelque sorte courageux. À cet âge, l'enfant croit facilement que des monstres ou un fantôme peuvent surgir pendant la nuit. Dormir seul, loin des parents est donc un risque bien réel : les « méchants » qui le hantent ont bien plus de chance de réussir à s'en prendre à lui. Aller dormir avec ses parents est un moyen pour lui de se mettre en sécurité car il croit que ces derniers ont tous les pouvoirs et la force nécessaires pour combattre les « méchants ».

Pour d'autres enfants, c'est davantage une question de sécurité affective. L'enfant craint que son parent parte pendant la nuit ou quitte très tôt le matin pour aller travailler sans qu'il n'ait pu le voir. Il ressent alors le besoin de se coller sur celui-ci pour pouvoir surveiller ses moindres déplacements. C'est souvent le cas des enfants dont les parents travaillent selon des horaires qui ne concordent pas avec celui de l'enfant (ex. : horaires variables, de nuit).

Pour d'autres enfants, c'est plutôt la crainte de voir quelqu'un d'autre leur ravir une part d'attention et d'affection parentale. Certains enfants éprouvent ainsi une certaine jalousie à l'égard du conjoint de leur parent et tentent de se faire présents dans le lit pour l'empêcher de passer des moments agréables avec le parent. Ils veulent en quelque sorte « monopoliser » l'affection et l'attention du parent. Ces enfants ont souvent la réaction de poser mille et une questions sur ce que fait le parent une fois qu'ils sont couchés.

Dormir avec son parent, c'est en quelque sorte toujours sécurisant pour l'enfant mais celui qui n'est pas invité à dormir seul risque bien de rester très dépendant du parent. C'est le cas des enfants dont les parents ont préféré être accompagnés pour dormir. Un parent sans conjoint par exemple peut se sentir seul et désirer la présence de son enfant dans son lit. L'enfant, dans un tel contexte, se sent invité à répondre au besoin de son parent et, puisque la situation répond en même temps à son besoin de sécurité, il prend l'habitude de dormir avec lui. Cette habitude n'est pas sans conséquences pour l'enfant; c'est le développement de son autonomie affective qui est alors perturbé.

Les habitudes de sommeil, quelles qu'elles soient, s'inscrivent dans la vie de l'enfant et deviennent un élément de sécurité important. Défaire les habitudes de sommeil de l'enfant pour l'inciter à devenir plus autonome est souvent très difficile. Si l'enfant est habitué de s'endormir le nez dans les cheveux de maman et qu'il ne peut plus le faire, s'il doit changer de lit et dormir dans une pièce différente, il risque bien d'avoir de la difficulté à trouver le sommeil. L'enfant peut également se sentir repoussé, injustement exclu du lit conjugal ou effrayé par tous les « méchants » qui l'attendent. Il peut riposter par des pleurs ou des colères, se plaindre de ne pas être capable de s'endormir et insister pour revenir dans le lit du parent.

Pour s'adapter, l'enfant doit trouver d'autres points de repère pour favoriser son sommeil. Certains enfants se créent tout un monde imaginaire avec leurs toutous placés stratégiquement dans leur lit. Ils peuvent inventer que leur lit est leur nid de plumes, leur bateau volant ou leur petit nuage rose. Ils se créent ainsi un monde imaginaire qui favorise la détente et le sentiment d'être en sécurité sans avoir besoin de papa ou maman pour dormir.


Conseils aux parents

Comment pouvez-vous aider votre enfant à dormir seul dans son lit ?


  • Expliquez à votre enfant pourquoi il est préférable qu'il dorme dans son lit.
    Dites-lui que vous le trouvez assez grand maintenant pour dormir dans son lit et que vous savez qu'il est capable d'y arriver. L'important est que votre enfant vous sente solide dans ce désir de changement. Vous pouvez lui dire aussi que vous avez envie de dormir seul et que c'est seulement avec votre amoureux que vous voulez partager votre lit. Par contre, évitez d'instaurer cette nouvelle habitude au moment où un nouveau conjoint vient vivre avec vous. Votre enfant pourrait se sentir chassé par lui et développer des sentiments négatifs à son endroit.

    Dormir avec votre enfant vous a peut-être permis de ne pas vous sentir seul. Si c'est le cas, habituer votre enfant à dormir seul dans son lit vous demandera aussi un effort mais dites-vous que c'est préférable pour son autonomie. Vous pourriez faire cette transition graduellement, en commençant par amener votre enfant à dormir dans la même pièce que vous mais dans un lit différent.

  • Aidez votre enfant à développer de bonnes habitudes de sommeil.
    Si votre enfant est habitué de s'endormir à vos côtés ou dans votre lit, amenez-le graduellement à s'endormir seul dans son lit. Vous pouvez rester à ses côtés pour l'apaiser, mais afin qu'il apprenne à s'endormir seul, sortez de la chambre avant qu'il ne soit complètement endormi. S'il vous réclame, répétez toujours ce même rituel : souhaitez-lui bonne nuit, bordez-le et sortez de la chambre. Faites en sorte de toujours agir de la même façon et de rendre les visites de plus en plus brèves. Lorsque cela fait plusieurs fois qu'il vous appelle, écourtez de plus en plus la longueur de vos visites dans la chambre. Si vous lui permettez de s'endormir dans votre lit, dans vos bras ou avec votre présence à ses côtés, il recherchera toujours ce contexte pour s'endormir et le réclamera s'il se réveille la nuit.

  • Soyez confiant et constant.
    Ayez confiance en la capacité de votre enfant de s'endormir seul dans son lit. Il y arrivera surtout si vous maintenez toujours les mêmes habitudes. Il est normal que votre enfant résiste au changement que vous voulez lui imposer; les premières nuits peuvent être difficiles, il peut s'opposer, faire des colères, refuser de se coucher. S'il se lève pour venir vous rejoindre, soyez constant, tout en restant calme et doux, et ramenez-le toujours dans son lit. Le lendemain, votre enfant sera peut-être plus fatigué et plus maussade (et vous aussi), mais ne dérogez pas aux nouvelles habitudes. Les nuits finiront par redevenir tranquilles et votre enfant et vous en sortirez gagnants. Tentez de toujours maintenir les mêmes habitudes quant à l'environnement de sommeil de votre enfant. Les enfants trouveront plus facilement le sommeil si les habitudes sont constantes (ex. : porte ouverte, veilleuse, toutou, doudou, etc.). Même si votre enfant est malade, évitez de dormir avec lui car vous risquez de recréer la vieille habitude.

  • Rassurez votre enfant sur ses craintes.
    Prenez le temps de voir ce qui inquiète votre enfant. Rassurez-le sur le fait que vous êtes présent à la maison ; dites-lui que vous êtes dans la cuisine ou dans le salon, que vous allez bientôt vous coucher et que vous serez là à son réveil. Rassurez-le en lui disant que s'il a besoin de vous, vous allez l'entendre vous appeler. S'il n'aime pas l'obscurité, vous pouvez lui permettre de dormir avec une veilleuse. S'il a peur des monstres, dites-lui que les monstres n'existent pas, que vous ne les voyez pas et si vous n'arrivez pas à le convaincre, vous pouvez vérifier avec lui la garde-robe et le dessous du lit. Vous pouvez aussi désigner, en jouant, un ourson « magique » qui éloignera tous les monstres de la nuit.

  • Créez des moments tendres avant et après le dodo.
    Passez du temps agréable et apaisant avec votre enfant avant le sommeil en faisant le plein d'amour. Échangez caresses et mots doux; faites en sorte que le temps avant le dodo soit un moment agréable et privilégié où l'on raconte sa journée, une histoire ou ce que l'on fera demain.

    Les moments tendres du matin ont aussi leur importance. Permettre à votre enfant de venir vous rejoindre dans votre lit au moment du réveil lui donne le sentiment qu'il a sa place auprès de vous et que même si votre lit lui est défendu la nuit, il peut tout de même venir refaire le plein de tendresse avec vous au petit matin. Pour préserver votre intimité, vous pourriez lui apprendre à cogner à la porte et attendre votre permission avant d'entrer pour venir vous rejoindre.

  • Adoptez un rituel du coucher.
    Le rituel du coucher est souvent l'élément déterminant d'une bonne nuit de sommeil. Les mêmes actions posées soir après soir avant le moment du dodo aident votre enfant à se préparer à l'idée qu'il dormira bientôt (ex. : le bain, le brossage des dents et ensuite la façon de s'installer dans le lit, de se faire border, de placer ses toutous, etc.). Toutes ces habitudes aident votre enfant à retrouver une certaine sécurité et le prédisposent à s'endormir.


Retour aux thématiques